OPUS / 2020



« Trois salariés d’une fonderie se retrouvent dans une carrière abandonnée en Charente. Marqués par le travail, les ouvriers se remémorent la suite des gestes qu’il réalisent quotidiennement.»

          

Opus, c’est l’ouvrage, le travail et la tâche à accomplir, mais c’est aussi le mot que l’on utilise pour une composition musicale. Une première vidéo est présentée en deux écrans accrochés sur des grillages industriels. On y voit trois ouvriers qui interprètent une suite de mouvements, mouvements qu’ils connaissent puisque ce sont ceux de leur travail. Ils n’ont pas de repères, pas d’établis et ont du faire appel à leur souvenir corporels et instinctifs pour réaliser l’enchainement de gestes. Ces ouvriers performent dans une carrière abandonnée, symbole d’un travail délaissé, oublié et disparu. Cette performance est un moyen de préserver la culture du geste et un savoir faire qui est peut etre amené à disparaître. C’est en quelque sorte un hommage au travail ouvrier et à la mémoire de la culture industrielle.
Durant le film, on entends les protagonistes échanger sur leur avenir incertain, sur leur place dans le travail, et abordent également un possible futur fait de temps libre. Entre dure réalité du travail à l’usine et les fabulations sur la technologie, nait alors une relation ambigue entre le robot et ses créateurs.
Mark